La vraie histoire du loup

Il était une fois, dans une grande forêt jeune et chatoyante, un loup qui essayait de se hisser en haut du règne canidé. Après avoir soumis les chiens qui essayent de lui sauter à la gorge, il avait envie de se faire un petit chaperon rouge.

Il partit donc en chasse humant la mousse humide afin de détecter l’odeur qui saurait le mettre en éveil. Son odorat ne le trompa pas et il finit pas arriver devant une maisonnée toute petite et isolée.

Le loup en avait la bave aux lèvres, tous ses poils se hérissaient et il frémissait à l’idée de dévorer toute crue cette jeune et naïve demoiselle. Il s’approcha doucement de la fenêtre mais ne pouvait voir à travers les rideaux. Il tendit l’oreille et entendit une jolie voix fluette l’hypnotiser. C’était bon pour le loup, il allait enfin se délecter de sa proie alors que depuis plusieurs mois c’était disette pour lui.

Il lui fallait encore un moyen de pénétrer dans la demeure. Il décida d’utiliser une méthode bien à lui et lubrifia la serrure afin de pouvoir faire sauter le verrou. La chose fut aisée pour ce grand spécialiste et il se faufila discrètement à l’intérieur. Le loup malin se cacha derrière la porte en attendant la nuit que le petit chaperon rouge s’endorme.

De sa formidable cachette, le loup épiait sa proie afin de saisir le bon moment….

 

L’heure était venue, il ne pouvait plus se retenir. Il bondit sur le lit et bloqua de ses grandes pattes celles de sa victime. Effrayée la belle endormie se mit à crier si fort que ça ne fit rien au loup. Elle leva brusquement le genou dans son entrejambe et fit s’effondrer sur elle le loup. Comme dans les shojos, ils se retrouvèrent bouche contre bouche et un baiser fut volé au loup.

Déjà que ce dernier ressentait la douleur castrante du coup de genou, il fut pris de convulsions et roula à terre. La demoiselle ne pouvait rester de marbre et se précipita à son chevet pour prendre soin de son agresseur. Le loup commença à se dépoiler, une métamorphose était en train de se produire. Oui, le loup était en fait un prince qu’une vilaine sorcière avait envouté car il lui avait pris la fleur de sa fille.

Il resta allongé au sol et inconscient. Prise de pitié, elle le couvrit d’une couverture et retourna se coucher.

 

A son réveil, le loup redevenu prince se rappela des paroles de la sorcière :  » Chien tu as été, chien tu deviendras. Mais lorsque tu seras pris de pitié par une jeune demoiselle esseulée, homme tu redeviendras mais chien tu seras à ses côtés pour la servir à tout jamais ».

Le loup était inquiet, en effet, il se savait piégé par le sort de la sorcière, mais il avait choisi un petit chaperon rouge à l’odeur attirante. Il commença à observer autour de lui la demeure dans laquelle il avait pénétré. Les murs étaient peints en rouge et diverses commodes étaient disposées dans la pièce. Il était curieux de savoir ce qu’elles pouvaient dissimuler. Il ouvrit l’un des tiroirs et le referma aussi sec. Son visage se décomposa car il savait maintenant dans quel genre de demeure il était….

 

Je pense que j’ai fais assez souffrir le prince-loup, on va dire qu’ils vécurent heureux et qu’ils eurent beaucoup d’enfants. Mais heureux je sais pas en vrai… Car il est possible que le loup aime ce genre de pratiques, il faudrait que je demande encore à ma muse se qu’il ressent, mais j’ai peur qu’il soit en pls….

 

La morale de cette histoire : ben osef de la morale, pourquoi faut toujours faire des choses qui rentrent dans des cadres, faut vivre comme on veut.

 

Todag 159

Hiraheishi 13