Pour des réclamations, allez voir Mugi

Je vais vous conter une histoire. Il y a quelques jours, je suis arrivée par hasard à la Mns. J’ai vu de la lumière en sortant de l’avion et je me suis dit pourquoi pas. Après tout je connaissais déjà Mugi et je n’avais aucune raison de me méfier. Grave erreur de ma part ! Il a commencé doucement en essayant de m’amadouer à faire une news avec sa douce voix. Bien sûr j’ai refusé. Je ne voulais pas choquer les pauvres lecteurs que vous êtes derrière vos ordinateurs avec mes inepties et mon blaba inutile. Par la suite, il a commencé à ronronner comme un chat, à se comparer à une licorne et à me demander de lui épeler le mot étymologie. Là j’ai commencé à me dire qu’il était un peu bizarre mais j’ai continué à lui parler quand même. Je suis tellement pleine de compassion que je n’osais pas lui faire de la peine. Mais il me cachait son côté fourbe et misogyne. Quand Mugi a décidé qu’une femme devait travailler pour lui, nous sommes fichues.

Il continua à me harceler de messages mais rien n’y faisait. Et là, sans prévenir, je reçus un coup de foudre sur la tête. Mes cheveux ne ressemblaient plus à rien, mon pantalon était brûlé, ma prothèse de hanche avait fondu ce qui fait que je ne pouvais plus marcher. Une véritable catastrophe ! Alors que j’essayais de m’en remettre, Mugi avec toute sa horde de fidèles serviteurs sont arrivés sur des tortues de mer, l’épée à la main pour me pourchasser avec leur news. J’ai bien essayé de fuir sur ma salamandre mais la pauvre était pleine de bactéries à cause d’un oignon avarié et ne pouvait plus avancer. En cours de chemin, elle a roulé sur une pierre, crevant un pneu au passage. Et moi, comme une bécasse, j’avais oublié de prendre mon démonte-pneu du coup j’ai remplacé le pneu par un haricot mais comme c’est beaucoup plus petit, ma salamandre était toute bancale. J’ai finalement décidé de fuir à pied. Et au détour d’un bosquet qui vois-je ? Mugi ! Il me lance un débouche-chiotte au niveau du diaphragme, me coupant le souffle au passage. J’étais à terre, défaite et essoufflée, Mugi au dessus de moi pour me donner le coup fatal. Et tout d’un coup, un éclair de génie. Je sortis mon imprimante magique et le menaçait de lui balancer à la tête s’il ne me laissait pas tranquille. Mugi, apeuré, accepta d’écouter toutes mes recommandations avant de se rendre. Je trouvais finalement comme compromis d’un échange de news pour mettre fin à cette guerre sans fin.

Voilà vous savez tout. Maintenant si vous avez des réclamations à faire pour ce pavé sans queue ni tête, go voir Mugi pour vous plaindre. Moi c’est pas ma faute. Remerciez également Mugi, Tema, Tzakar, Alex et Toxyc pour les mots immondes qu’ils m’ont demandé de mettre ! Sur ce, je vous dis bye bye et je retourne dans mon chez moi.

Jools

TLMS 70

TNG 30